Qui peut signer un contrat d’assurance professionnelle dans son entreprise ?

Souscrire une assurance professionnelle est désormais un passage obligé pour toutes les entreprises, les entrepreneurs, les artisans, les conseillers et autres métiers du genre. Qui est le responsable de la souscription d’une assurance professionnelle dans son entreprise ?

Assurance professionnelle : les entreprises concernées

Aucune entreprise ne devrait chercher à éviter la souscription d’une assurance professionnelle adaptée en dépit du fait que cette action n’est pas une obligation pour la grande majorité des entreprises et des métiers. Compte tenu de la grande diversité des risques à couvrir selon les activités des entreprises, l’assurance professionnelle Maaf, est conçue pour répondre aux besoins spécifiques de chaque organisation.

A lire également : 4 astuces pour recruter des ingénieurs et techniciens en 2022

L’auto-entrepreneur, le professionnel du BTP comme l’électricien, le plombier et le maçon, l’artisan comme le couturier et l’ébéniste, les commerces et les services de proximité comme le coiffeur et l’esthéticienne…sont autant de métiers dont souscription d’une assurance professionnelle peut être salvatrice.

Ceux pratiquant une profession libérale et les professionnels en conseils et services ne dérogent pas non plus à la règle. Pour répondre à ses besoins spécifiques, MAAF a conçu des formules de contrat d’assurance professionnelle pour chaque type d’entreprise.

Lire également : Comment réaliser une veille pour les appels d'offres ?

Qui signe le contrat d’assurance pro au sein de l’entreprise ?

Dans le cas de l’entreprise individuelle, de l’auto-entrepreneur ou encore de celui qui effectue une profession libérale, le chef d’entreprise est la personne ayant les droits de souscrire une assurance professionnelle au nom de l’entreprise.

Pour les entreprises de plus ou moins grande taille, le chef d’entreprise dispose aussi des droits de signer le contrat d’assurance professionnelle. Le directeur financier, à condition que le chef d’entreprise lui ait délégué le pouvoir, peut aussi conclure une assurance professionnelle.

Les garanties indispensables d’une assurance professionnelle

Tous les métiers n’ont pas besoin des mêmes garanties et couvertures en matière d’assurance professionnelle. Un professionnel du bâtiment est par exemple dans l’obligation de souscrire une garantie décennale afin de se protéger lui-même et ses clients. Dans les grandes lignes, l’assurance professionnelle est divisée en trois grandes catégories.

Pour couvrir les différents dommages et préjudices causés à autrui et/ou à ses biens, l’entreprise souscrit l’assurance RC pro. L’assurance RC pro ou assurance responsabilité civile pro se subdivise en deux catégories : RC exploitation et RC professionnelle. Enfin, vous avez le volet de l’assurance professionnelle qui couvre l’ensemble des locaux de l’entreprise et de leur contenu.

Ce volet de l’entreprise garantit les prises en charge en cas d’incendie, d’explosion, de dommages électriques, de dégâts des eaux ou encore d’événements climatiques et bien d’autres encore. Selon vos besoins, vous pouvez souscrire une assurance multirisque professionnelle afin d’être couvert sur l’ensemble de vos besoins.

Les garanties complémentaires de l’assurance professionnelle

Avec une assurance multirisque professionnelle MAAF, vous et/ou votre entreprise êtes à l’abri de presque tous les imprévus. Mais comme on n’est jamais assez prudent, peut-être que vous avez besoin d’ajouter quelques garanties en particulier. Le tout est toujours d’opter pour les garanties dont vous pouvez réellement justifier l’utilité.

Pour les besoins spécifiques de l’entreprise, MAAF Pro a conçu quelques tranquillités, dont la tranquillité mobilité permettant d’assurer les biens hors des locaux de l’entreprise. En cas de pertes d’exploitation, une entreprise qui a souscrit une tranquillité financière, peut relativement avoir l’esprit serein, tout comme celle qui a souscrit une tranquillité juridique en cas de litige.

ARTICLES LIÉS