Qu’est-ce qu’un atelier de couture ?

En 2012, fraîchement diplômée d’un double diplôme en design et modélisme, j’ai lancé ma micro-entreprise en vitesse parce que j’ai trouvé une mission et donc j’ai dû me déclarer dès que possible. J’ai tout fait en cas d’urgence, sous la pression de mon « client » et j’ai tout fait de mal ! Pourtant, ce n’est pas très compliqué, mais l’urgence et mon manque de connaissances ont joué des tours sur moi. Je propose de discuter un peu du statut célèbre de la micro-entreprise et surtout dans la couture puisque c’est un peu le sujet préféré du blog !

A lire aussi : Où partir à Noël pour avoir du soleil ?

Après avoir étudié la mode pendant 3 années intensives dans le Nord de la France (mais j’en parle dans ma vidéo sur mes 3 ans d’école de mode ), j’ai déménagé à Paris pour faire mon stage de fin d’études, trouver un emploi de rêve, devenir LE nouveau grand créateur de mode de la folie et réussir ma vie ! Eh bien, dans la vraie vie, j’ai fait mon stage, 5 mois de 6, parce que j’ai craqué avant la fin. Mon maître de stage était une conasse finie qui n’avait aucun respect pour les gens. Donc, j’ai rapidement cherché du travail et comme le monde de la mode est OVER saturé bah, J’ai vraiment regardé TOUT il y avait même les mini-missions de quelques heures en « freelance ». Un pigiste est une personne qui travaille sur son propre compte et a donc plusieurs « clients ». Un jour d’octobre, je vois une annonce sur le site de référence à la recherche d’emplois dans la mode : FashionJob . Une jeune start-up recherchait des stylistes pour conseiller les individus. J’ai rêvé d’être un styliste photo (si oui, que aussi, j’en parle ici. ) et tout à coup c’était trop beau. J’ai postulé et comme c’était ULTRA mal payé, la compétition n’était pas énorme et j’ai été embauché. A cette époque, on m’a demandé mon numéro Siret (ce numéro identifie toutes les entreprises et micro-entreprises, nous vous le demandons presque tous les jours) et j’ai dû me renseigner rapidement !

A lire également : Comment mesurer l'imperméabilité ?

En effet, il y a 10001 rumeurs selon lesquelles si vous ne gagnez presque rien, on n’est pas obligé de signaler ses activités. C’est FAUX FAUX FAUX et vraiment j’insiste, ce n’est pas du tout une bonne idée de rendre votre vie sombre. Au-delà du fait qu’en cas de contrôle nous risquons grand (milliers d’euros sous la forme d’une amende), nous ne sommes pas assurés, ce qui peut être un désastre le jour où vous avez un accident et bien sûr notre retraite reste important à prévoir aussi, de sorte qu’il y a beaucoup de lois. Le plus simple, le plus accessible, le plus facile et le plus approprié lorsque vous commencez et vous ne savez pas encore si notre projet fonctionnera ou parce que nous avons une autre activité à côté : nous pouvons nous tourner vers le statut de micro-entreprise.

La micro-entreprise n’est pas un statut d’entreprise, mais un régime simplifié de l’entreprise individuelle. Il est idéal pour tester une activité avant de se lancer dans le grand bain de l’entrepreneuriat dans la société. Pour ma part, j’ai traversé 7 années de micro-entreprise avant la création de ma LLC en 2019. Soyons clairs, j’étais trop tard parce que j’avais peur ! Mais revenons à nos moutons et à notre micro-entreprise, enfin le terme exact est micro-entrepreneur puisqu’il n’y a qu’une seule personne. En effet, si vous êtes plusieurs, vous ne pouvez pas utiliser ce statut ! Avec Charlotte, quand nous avons créé Atelier Neko , donc nous avons ouvert une LLC avec deux, mais je m’éloigne et si vous êtes intéressé, je vais en parler dans une série de vidéos ici . Donc, si vous avez un projet, vous êtes seul et vous devez tester votre projet, le statut de micro-entrepreneur est pour vous.

Il est facile à créer parce que vous remplissez un formulaire en ligne sur le site autoentrepreneur.urssaf.fr qui ne prend que quelques minutes et ne demande pas un bac 10. Jusque-là, en 2012, j’ai réussi. Sauuuuuuuuuf que dans la vraie vie, nous allons encore prendre un peu de temps pour réfléchir attentivement. Déjà à la l’activité que vous voulez faire, parce qu’il y a trois catégories dans la micro-entreprise : libérale, artisanale et commerciale. Et dans la couture, tous les trois sont possibles ! En effet, vous rêvez d’ouvrir un retoucher dans votre quartier, vous devenez artisan, mais comme vous voulez vendre de la mercerie, vous êtes aussi un commerçant. Il sera donc nécessaire de nous déclarer dans les deux catégories. Une autre possibilité : vous créez des vêtements pour femmes, vous êtes un artisan, mais vous avez décidé de faire aussi des conseils dans le style, donc vous êtes aussi libéral !

Pour ma part, j’ai ouvert ma micro-entreprise en tant que libérale parce que, à l’époque, je n’étais qu’une entreprise de conseil styliste. Je n’ai rien créé. Sauf que le monde de la mode et de la couture est saturé (soyons francs) et donc j’ai dû accepter beaucoup de missions pour gagner un peu de vie (juste un peu réel) et je faisais la retouche, la modélisation, la couture pour les individus… Bref, j’avais mal choisi mon statut dès le début. J’ai déclaré tout dans Libéral ce qui avait deux grands inconvénients : le premier j’ai payé les charges maximales (selon la catégorie, les charges ne sont pas les mêmes) alors que parfois je pouvais payer moins, mais mon statut était seulement libéral, il était trop tard. Ensuite, j’avais un plafond très limité parce que, encore une fois, selon les catégories, vous avez le droit d’encaisser un montant maximal par année.

C’est pourquoi un statut de micro-entreprise reste normalement un tremplin ! Vous pouvez encaisser entre 72 500 euros et 176.200 euros maximum par an. Alors ne crie pas : « Oui, mais c’est énorme. » Ce n’est pas votre profit, mais le chiffre d’affaires. C’est l’argent qui arrive mais, comme vous devez dépenser pour acheter la matière première ou votre équipement, payer les frais, le CFE (c’est obligatoire pour tout le monde même si vous n’avez rien encaissé dans l’année)… ce n’est pas votre salaire !

Exemple simple : Petit patron , quand je j’ai commencé, j’étais dans le micro business. Pour créer mes motifs, j’ai besoin de papiers quotidiens, crayons, planche à découper, ciseaux, ordinateur, logiciel pro (n’utilisez pas les gars de la version fissurée ! Vous risquez grand comme un professionnel et même si je sais que c’est cher, quiconque crée un outil pratique pour vous mérite d’être payé pour son travail), tissus, fils à coudre, boutons, mercerie de toutes sortes, une caméra, un équipement de tir ou même un photographe, un site web, un hébergeur, un webmaster à construire et réparer le site, un outil de newsletter, une connexion Internet… en bref, je pense que vous comprendrez, j’ai beaucoup de petits investissements. Aujourd’hui, j’ai un carrément de 6 personnes qui méritent d’être payées à la fin du mois. Et pourtant, je fais que le produit numérique. Je n’ai pas besoin d’investir dans du papier pour imprimer le motif et l’envoyer dans une enveloppe avec un timbre à mes clients.

Donc, à l’époque, comme j’avais mal choisi, j’ai payé trop de charges qui ne m’ont pas aidé à tenir ! Donc, si vous rêvez de faire de votre passion votre profession, vous devrez déjà bien connaître les obligations du statut de micro-entrepreneur. Bien que ce soit très simple, il existe certaines obligations telles que la comptabilité légère, mais obligatoires. J’entends dire : « Il n’y a rien à faire. » Oh, ouais ! Ne les écoutez pas. Il est nécessaire de garder un livre de comptes (papier ou sur un logiciel approuvé par l’Etat, Excel n’est pas autorisé et j’ai fait l’erreur devant vous si cela peut vous rassurer). Pour chaque vente ou achat, il est nécessaire d’écrire sur une ligne la date, la description rapide, le montant. Et si vous ne faites que de petites quantités (comme sur les marchés par exemple), vous avez le droit de faire une ligne par jour de vente et non par vente ponctuelle. Afin de ne pas se tromper, il y a des sites qui vous rendent des cartes ultra claires comme celle de Portail des entrepreneurs indépendants avec qui j’écris cet article aujourd’hui.

En couture, vous voudrez peut-être faire beaucoup de et je vous propose de voir aujourd’hui toutes les questions que vous devez poser avant de commencer votre projet

1. Qu’est-ce que tu veux ? La vie entrepreneuriale prend énormément de temps, c’est fatigant, c’est un fardeau mental comme celui des mères et vous devez aimer plus que tout ce que vous faites pour vouloir le porter quotidiennement. Alors, qu’est-ce que tu aimes le plus ? Coudre ? Tu parles de coudre avec les gens ? Conseiller les gens ? Enseigner aux autres ? Modifier un vêtement ? Imaginez un vêtement et le voir créé devant vous ? Faire un vêtement ? Il y a beaucoup de possibilités. Vous pouvez également enseigner la couture, créer sur mesure, ouvrir une boutique de retouche, créer une marque d’accessoires en édition limitée ou conseiller les gens. Vous devez donc d’abord cibler ce que VOUS aimez faire.

2. Avez-vous vraiment les capacités ? Ici je serai sévère et ce n’est pas contre vous, mais pour vous ! Avez-vous les capacités naturelles ? C’est à dire que vous êtes très à l’aise dans cette discipline ou avez -vous à faire beaucoup d’efforts pour obtenir un résultat ? Pendant longtemps, je voulais être styliste photo. Je voulais créer des looks et des atmosphères pour les magazines, sauf que j’avais beaucoup réfléchi. Quand j’étais sur un rendez-vous client, les idées ne sont jamais venues sur le moment, il était nécessaire de « prendre le temps de réfléchir » sauf que dans cet environnement c’est maintenant ou bye bye. Un jour, j’ai réalisé que ce que je savais vraiment faire était de transmettre mes connaissances. J’ai fait un mini deuil sur mon rêve de devenir le nouveau Karl Lagarfeld (tant mieux je ne voulais pas faire face toute la journée) et j’ai lancé ce blog. La meilleure idée de ma vie parce que, 5 ans plus tard, j’aime toujours tant (même si c’est vraiment dur sur une base quotidienne, mais il sera discuté plus tard). Donc, même si c’est difficile, vous devez savoir reconnaître nos compétences naturelles par rapport à celles qui nécessitent des efforts. C’est un conseil, pas une obligation, mais dans un secteur aussi compétitif et surtout, quand vous êtes seul au contrôle, il faut vraiment avoir de l’énergie pour tout gérer, autant que ce qui doit être le plus simple est vraiment !

3. Avez-vous vraiment les compétences ? « Mais de quoi parle-t-elle, elle parlera encore des capacités ? !  » Cette fois, je parle de compétences professionnelles et solides, de formation et d’expérience. Il peut être très facile de commencer une activité tôt parce que vos 3 meilleurs amis et voisins AIMENT ce que vous faites. Mais une fois que nous aurons passé le tour pro, nous vous demanderons plus et mieux suivre le rythme. J’ai deux exemples très concrets : quelqu’un qui sait coudre, qui a appris seul mais qui se porte vraiment bien, décide un jour de donner des cours. Les premiers parcours sont top ! Puis tout à coup ça devient difficile… les étudiants progressent et maintenant ils ne veulent plus faire de sac ou de poche, mais coudre une poche à soufflet, une poche à double passepoil ou encore un col de veste et vous demande où mettre le gros-grain ? Maintenant, tu es perdue. En effet, pour votre étudiants que vous êtes un pro, donc il voudra apprendre ce qu’il ne comprend pas seul. Un autre exemple : faire des patrons de couture LA grande tendance du moment. Au début, c’est simple, une robe légèrement ample avec des volants, c’est joli et ça plaît. Après un an, il est nécessaire de commencer à renouveler les produits, sauf qu’entre toutes les marques qui ont déjà fait beaucoup de trucs et le besoin de connaissances techniques, vous pouvez vous briser les dents. Une réputation se fait lentement, mais démantelée en quelques semaines. Pour moi, il est très important de s’entraîner. Quand j’ai commencé, j’ai fait des maquettes et des coutures bien acquises grâce à mes 20 ans de couture et surtout à mes 3 années d’apprentissage intensif de modélisme. Côté commercial (parce qu’ils devront vendre les patrons une fois fait), n’ayant ni le temps ni l’argent pour refaire une école, j’ai travaillé 1 an 1/2 comme vendeuse et bras droit d’un créateur de bijoux à Paris. Elle m’a donné les bases de la vente, de la gestion d’une caisse enregistreuse, de la gestion d’un magasin et m’a emmenée dans sa vie quotidienne de jeune entrepreneur. Après cela, j’ai continué à m’entraîner avec d’autres personnes, grâce à des livres, des formations courtes et des accompagnements comme la compagnie Apec (il y a aussi le BGE qui est en tête). Vous avez le droit de commencer sans formation, de vous déclarer dans le secteur de la couture, aucune formation n’est obligatoire mais de faire une différence et surtout de rendre votre vie quotidienne plus facile, réfléchissez-y !

4. Comment faire une différence ? Je reviens à ce que j’ai dit ci-dessus. Chacun a le droit de croire en ses rêves et ses désirs. Dans la couture aussi, mais en ce moment, il fait rêver beaucoup de gens ! Bases, c’est un endroit agréable à vivre. J’adore coudre tous les jours. Nous avons beaucoup de plaisir au bureau, l’ambiance est toujours bonne et c’est vraiment un cadeau tous les jours. Mais d’un autre côté, si vous rêvez de devenir riche ou simplement gagner plus d’un smic, n’obtenez pas trop, ce n’est pas le secteur de la bouffée. Mais quoi qu’il arrive, vous voulez, alors essayez, mais ne faites pas comme les autres. Une règle dit : si vous êtes le premier sur un secteur, vous pouvez réussir, si vous êtes le second, vous ne pourrez pas rattraper le retard. En résumé, difficile à exploser, quand quelqu’un l’a déjà fait avant lui-même. Et puis c’est un peu fatigué de ne pas faire quelque chose de nouveau ? Donc, autant que possible, réfléchissez à la façon dont vous apportez quelque chose de nouveau. Parfois, cela signifie offrir un service de retouche dans une petite ville qui n’en a pas. Et d’autres fois, cela signifie offrir un produit qui n’est pas commun ou même devenir un créateur pour un univers très précis. Par exemple, vous êtes un fan de la jonglerie, peut-être vous avez besoin d’une tenue spéciale (j’avoue, je ne sais rien à ce sujet). Personne ne le fait, donc tout le monde voudra se tourner vers toi. Mieux vaut cibler une zone de niche que la noyade dans la masse ! Dans la couture aussi c’est possible, donc les lingettes sont belles, mais tout le monde le fait déjà !

* crédits photo : Matthew Henry, informations sur cet article Portal voiture société

5. As-tu lu tout avant de créer votre statut ? Ok, tu es prêt. Je crois en toi. Maintenant, vous devez commencer et créer votre statut. Vous savez exactement ce que vous voulez faire, maintenant vous devrez trouver les mots officiels. « Eh ? ! ! Mais les gars, on est en France ! Qui ne connaît pas la réputation de l’administration française ? J’ai laissé la moitié de mes cheveux à l’époque et aujourd’hui je trouve agréable de voir qu’il y a encore beaucoup d’aides. Par exemple, cet article est à l’initiative de Portail de l’entreprise automobile avec qui je collabore pour vous parler de leur page sur l’état de la micro-entreprise spécialisée dans la couture. Quand j’ai découvert ça, je me suis dit, « mais pourquoi n’existe-t-il pas à mon époque ». Ici, je parle d’expérience mais, en ce qui concerne le béton bien géré de l’Etat, je laisse de la place à l’équipe entrepreneur du Portail auto qui parlera beaucoup mieux que moi de tout ce que vous devez comprendre avant de commencer. Ils ont bien fait les choses et c’est bien parce que nous avons tellement pensé à définir votre activité que nous sommes heureux de faire prendre la main pour la dernière ligne droite ! Je vous laisse avec la page spéciale coudre le statut de micro-entrepreneur et je dépose ma pile de factures (couture et beaucoup d’administration dans la vie d’un entrepreneur créatif !).

Trouvez la feuille spécialement conçue pour l’artisanat de couture ici

Aimez-vous cet article ? Partagez-le avec vos proches ou sur vos réseaux sociaux <3

Donc, la vie entrepreneuriale vous donne envie ? Vous l’avez peut-être déjà fait ? Parlez-nous de votre aventure à vous !

ARTICLES LIÉS