Comment savoir si SCI IR ou IS ?

L’impôt sur les sociétés (IS) n’est autre que l’impôt sur les bénéfices. Ce type d’imposition peut être facultatif dans certaines entreprises. Dans d’autres, d’un autre côté, ce sera une obligation. Le taux de SI varie en fonction du chiffre d’affaires annuel et du type de l’entreprise. En fait, qu’est-ce que l’IS ? Est-ce qu’il s’agit d’un plan réel normal ou d’un plan réel simplifié pour votre entreprise ? Immédiatement, la mise à jour sur les différents régimes lorsqu’une entreprise est assujettie à l’impôt sur les SI.

Impôt sur les sociétés : qu’est-ce qu’il retourne exactement ?

Selon le calendrier d’imposition progressif, l’IS se concentre sur les bénéfices de votre entreprise. Vous serez alors tenu de déclarer vos résultats par dématérialisation via EDI. Cette procédure est obligatoire si la forme et le chiffre d’affaires de votre entreprise vous permettent de choisir l’IS. Et ce peu, il est important que votre entreprise soit soumise au plan normal ou au plan simplifié. En outre, le dépôt de la déclaration des résultats doit également être effectué dans un délai qui dépend de la clôture de l’exercice comptable. Pour un exercice financier se terminant entre janvier et novembre, la déclaration doit être faite dans un délai de trois mois. Par contre, pour l’année terminée le 31 décembre de l’année N-1, vous aurez jusqu’au deuxième jour ouvrable suivant le 1er mai pour produire la déclaration. Et dans le cas d’une cessation, vous avez soixante jours pour faire votre déclaration.

A voir aussi : Quand une société est soumise à l'IR ?

D’autre part, le calcul de l’impôt sur les bénéfices réalisés est déterminé en quatre acomptes provisionnels et par des moyens dématérialisés. En ce qui concerne la déclaration de vos résultats, le paiement a également une date limite. Ce dernier sera également déterminé sur la base de la clôture de l’exercice comptable. Sachez que pour payer votre impôt, vous devez utiliser comme relevé de dépôt n° 2571.

À l’origine, toutes les entreprises étaient dans la même catégorie de bénéfices industriels et commerciaux, ce n’est qu’en 1948 que l’IS a été créé, mais il a conservé certaines caractéristiques de son origine.

A découvrir également : Comment savoir tous les biens d'une personne ?

Sociétés assujetties au IS

Lorsque vous décidez de démarrer votre entreprise, vous devez prendre le temps de réfléchir à votre type d’imposition. Tant que l’entreprise opère sur le territoire français, elle peut être assujettie à l’impôt sur les bénéfices réalisés. Les revenus obtenus en dehors de la France ne sont donc pas soumis à l’option fiscale IS. Vous devez également savoir que certaines sociétés sont obligatoires à l’impôt sur le revenu (IR) et que les entreprises ont la possibilité de choisir le SI, en option et sous condition. Ces sociétés sont, par exemple, les suivantes :

  • Société à responsabilité limitée individuelle EIRL,
  • Société anonyme à responsabilité limitée EURL ou sociétés à responsabilité limitée unique,
  • SNC Partnerships,
  • Société civile professionnelle SCP
  • Sociétés à responsabilité limitée Family LLC
  • Société Civile Immobilier SCI

D’un autre côté, il y a des entreprises qui ne peuvent pas s’éloigner de l’IS, notamment :

  • SAS (sociétés par actions simplifiées),
  • SA (société anonyme).

En revanche, les microentreprises et les sociétés qui doivent déclarer des bénéfices non commerciaux (BCN) ne sont pas éligibles à l’option relative à l’impôt sur les sociétés.

Plan réel normal ou régime réel simplifié ?

Lorsqu’une entreprise est assujettie à la taxe SI, elle devra choisir entre le régime réel normal et le véritable simplifié. La différence entre ces deux régimes se trouve dans les obligations comptables. De plus, ces régimes fiscaux sont définis en fonction des bénéfices de l’entreprise.

Réalité simplifiée

Les entreprises dont le chiffre d’affaires se situe entre 170 000 et 789 000€ peuvent bénéficier de ce système fiscal. Cette gamme n’est valable que pour les entreprises engagées dans des activités de fourniture de logements (chambres d’hôtes, hôtels, gîtes ruraux, etc.) ou des activités commerciales. En revanche, les entreprises offrant des services seront taxées sur le réel simplifié si elles représentent un chiffre d’affaires compris entre 70 000 et 238 000 euros. Notez, cependant, que ces chiffres sont valables de 2017 à 2019. Ils auront tendance à décliner au fil des ans.

Dans le cas où le chiffre d’affaires dépasse ces seuils, les intéressés devront passer au régime normal réel. Ce n’est que s’il s’agit du premier dépassement que le réel simplifié restera applicable pour l’année suivante. Si la valeur du chiffre d’affaires continue son ascendance l’année suivante, la société sera impérativement assujettie au régime normal.

D’autre part, ce régime offre une plus grande flexibilité dans les secteurs de la comptabilité et de la fiscalité. En fait, cela pourrait amener certaines entreprises à suivre l’échelle progressive de l’impôt sur les sociétés plutôt qu’un calcul de l’impôt sur le revenu. En fait, les entreprises contribuant à ce régime devront simplement tenir des comptes traditionnels.

Le Réel Normal

Le régime réel normal s’applique aux entreprises dont le chiffre d’affaires dépasse les seuils requis par le régime simplifié. En conséquence, les entreprises de fourniture de logements qui réalisent des bénéfices supérieurs à 789 000€, en tant que prestataires de services qui font plus de 238 000 euros sont automatiquement soumis à ce régime. Ainsi, ce dernier devra tenir des comptes plus précis.

En effet, ces entreprises devront appuyer leurs déclarations de pièces justificatives. Ils seront également tenus de faire la comptabilité chronologique des mouvements concernant leur patrimoine. Chaque année, ils établissent un compte de résultat, un bilan et des annexes. Ils devront également faire au moins un inventaire tous les 12 mois. Et enfin, lorsqu’une entreprise est soumise à la réalité normale, elle doit tenir un registre et un livre de journaux.

Déplacement de IR à IS

Il est en effet possible pour certaines entreprises contribuant à l’impôt sur le revenu de passer au SI. Ces sociétés sont donc celles qui ont été citées précédemment : Société à responsabilité limitée EIRL, Single Personal Company with Limited Responsabilité EURL, SNC Partnerships et Professional Civil Society SCP. La décision sur ce changement peut être prise par l’exploitant s’il s’agit d’un entreprise individuelle. Pour les entreprises, en revanche, si les statuts ne mentionnent rien de spécifique en la matière, la décision peut être prise à l’unanimité des associés.

ARTICLES LIÉS